Quatre buts spirituelS de la dévotion aux Coeurs de Jésus et Marie

1 - Un amour plus profond du Christ et de la Sainte Vierge

En contemplant le Christ et la Sainte Vierge à travers leur Cœur nous entrons plus profondément dans une relation d’amour avec eux. Jésus parlera à Sainte Marguerite-Marie de son « Cœur qui a tant aimé les hommes ». Sur la Croix, désignant Saint Jean (qui symbolise tous les hommes), il dira à la Sainte Vierge dont le Cœur est transpercé de douleur : « Femme voici ton fils » (St Jean 19, 26). Et la Sainte Vierge développera pour nous un amour maternel sans limite.

 

Comment ne pas être entraîné dans une joie intérieure intense de se savoir autant aimé, d’être sujet de tant d’attention ? Quel soutien en ces temps difficiles pour rester fidèle ! Ecoutons ce que dit le Pape Pie XII dans son encyclique Aurietis Aqua en 1956 :

« Dans cette forme de la dévotion, n’y a‑t‑il pas la synthèse de toute la religion et plus encore la norme d’une vie plus parfaite, capable d’acheminer les âmes à connaître plus profondément et plus rapidement le Christ Seigneur, à l’aimer plus ardemment, à l’imiter avec plus d’application et plus d’efficacité ? »

 

« Il convient parfaitement que le peuple chrétien qui a reçu la vie divine du Christ par Marie, après avoir rendu le culte qui lui est dû au Très Saint Sacré-Coeur de Jésus, rende aussi au Coeur très aimant de sa céleste Mère de semblables hommages de piété, d’amour, de gratitude et de réparation. »

 

« Quel est l’homme assez dur, assez insensible, pour ne pas se sentir entraîné à aimer un Cœur si rempli de suavité, ce Cœur blessé et transpercé d’un coup de lance ? »

   

2 - La réparation des offenses faites au Christ et à la Sainte Vierge

Aimer une personne, c’est aussi vouloir réparer les offenses qui lui sont faites. Cette dimension est essentielle. 

 

Le Christ et la Sainte Vierge ont beaucoup insisté à Paray-le-Monial et Fatima  sur notre devoir de réparer les offenses qui leur sont faites et nous ont expliqué comment le faire : par la communion réparatrice des premiers vendredis et samedis du mois. 

 

Après les premières apparitions de Fatima, le Christ expliquera lui-même à Soeur Lucie les 5 types d’offenses contre la Sainte Vierge  que nous devons réparer aujourd’hui :

  • Les blasphèmes contre l’Immaculée Conception
  • Les blasphèmes contre sa Virginité
  • Les blasphèmes contre sa Maternité divine
  • Les offenses de ceux qui cherchent à mettre dans le cœur des enfants l’indifférence, le mépris ou la haine à l’égard de cette Mère Immaculée
  • Les offenses de ceux qui l’outragent directement dans ses saintes images.

3 - L'amour du prochain

Le deuxième commandement apporté par le Christ dans l’Evangile « tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Marc 12,31) évoque une charité qui ne se limite pas aux préoccupations matérielles mais englobe aussi la charité spirituelle si importante.

 

N’est-ce pas le plus grand service que l’on puisse rendre à une personne que de se soucier de sa vie éternelle et de l’aider à aller au Ciel, lui évitant les souffrances de l’Enfer qui ne finiront jamais ? Dans sa vie, le Christ n’a cessé de se préoccuper du Salut des âmes et plus spécialement celles des pécheurs.

Lors des apparitions de la Salette, la Sainte Vierge pleurait tout en disant ces paroles :

 

« les âmes tombent en Enfer comme les feuilles en automne. »

 

A Fatima, elle ira jusqu’à montrer l’Enfer aux trois petits voyants pour leur faire prendre conscience de l’importance de notre devoir de charité spirituelle :

 

« Vous avez vu l’Enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. Si l’on fait ce que je vais vous dire beaucoup d’âmes seront sauvées et on aura la paix. »  La Sainte Vierge à Fatima le 13 juillet 1917

 

« Sacrifiezvous pour les pécheurs qui vont en Enfer et n’ont personne qui prie pour eux»

La Sainte Vierge, Pontevedra 10 décembre 1925

4 - Obtenir son propre salut

Si beaucoup d’âmes vont en Enfer pour l’éternité, qu’en est-il de nous-mêmes ? En ces temps de perversion, de tentation permanente, où tout est fait pour nous détourner de Dieu, qui peut affirmer, qu’il restera fidèle aux enseignements du Christ toute sa vie et ira au Ciel ? Rappelons-nous que même le Pape Saint Pie X et beaucoup d’autres Saints avaient la crainte de l’Enfer.

 

 

Mais pour nous aider et faire face aux temps d’épreuve que nous vivons, les Cœurs de Jésus et Marie nous ont apporté une promesse exceptionnelle si nous suivons leurs demandes : la garantie de notre Salut. Voici les paroles très précises du Christ et de la Sainte Vierge.

« Je promets, dans l’excès de la miséricorde de Mon Cœur, que Mon amour tout puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis, neuf fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu’ils ne mourront point dans Ma disgrâce, ni sans recevoir les sacrements, et que Mon Divin Cœur se rendra leur asile assuré à cette dernière heure. »

Le Christ à Paray-le-Monial


« Tous ceux qui, pendant 5 mois, le premier samedi, se confesseront, recevront la Sainte Communion, réciteront un chapelet et me tiendront compagnie pendant quinze minutes sur les quinze mystères du Rosaire, en esprit de réparation, je promets de les assister à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le Salut de leur âme. »

La Sainte Vierge, Pontevedra 10 décembre 1925