Merveilleuse histoire de la dévotion aux Saints Cœurs de Jésus et Marie

L’Evangile et les premiers temps de l’Eglise

La vénération des Cœurs de Jésus et Marie prend sa source même dans l’Evangile : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le plus grand et le premier commandement » (Mt 22,36-40).

 

L’importance de l’amour que nous devons vouer aux Saints Cœurs de Jésus et Marie trouve son inspiration dans ce premier commandement.

 

Lors de la Présentation au Temple, Saint Siméon dira à la Sainte Vierge : « Une épée te transpercera l’âme » (comprendre ici son cœur de Mère). Lorsqu’avec Saint Joseph elle retrouvera Jésus au temple après l’avoir perdu, l’Evangile nous dit : « La Sainte Vierge gardait et méditait tous ces événements dans son Cœur » (Luc 2,52). Le soir de la Cène, Saint Jean, le disciple que Jésus aimait, posera affectueusement sa tête sur le Cœur du Christ (Jean 13, 23-25). Sur la Croix, le Cœur du Christ sera transpercé et il en sortira du sang et de l’eau (qui symbolisent l’Eucharistie et le Baptême).

Plus tard, les Papes et les Saints commenceront à parler de la dévotion due aux Cœurs de Jésus et Marie. En 604, le Pape Saint Grégoire le Grand nous enseignera :  « Apprenez du Cœur de Dieu les enseignements de Dieu pour désirer ardemment les choses éternelles ». Puis on peut citer au Xème siècle Saint Anselme, au XIIème Saint Bernard de Clervaux, au XIIIème Saint François d’Assise, Saint Bonaventure, Sainte Gertrude de Helfta, Sainte Mechtilde de Hackeborn.

 

Saint Jean Eudes le précurseur, XVIIème siècle

A l’instar de Saint Jean Baptiste qui annonça la venue du Christ, c’est un autre Jean, Saint Jean Eudes, qui va réellement annoncer la grande dévotion aux Cœurs de Jésus et Marie. Il sera le premier à les associer étroitement et écrira en particulier cette très belle prière qui résume tout son enseignement et que l’on appelle l’Ave Cor.

« Cette prière s’adresse conjointement au très Saint Cœur de Jésus et de Marie. Car, encore que le Cœur du Fils soit différent de Celui de la Mère et qu’il le surpasse infiniment en excellence et en sainteté, Dieu a uni si étroitement ces deux Cœurs qu’on peut dire avec vérité qu’ils ne sont qu’un Cœur, parce qu’ils ont toujours été animés d’un même esprit et remplis des mêmes sentiments et affections. Jésus est tellement vivant et régnant en Marie, que véritablement Il est l’âme de son âme, l’esprit et le cœur de son cœur. Si bien qu’à proprement parler, le Cœur de Marie c’est Jésus; et ainsi saluer et adorer le Cœur de Marie, c’est saluer et adorer Jésus en tant qu’il est l’esprit, l’âme, la vie et le Cœur de sa Très Sainte Mère ». 

Saint Jean Eudes (1601 – 1680)

Cette dévotion ayant été magnifiquement introduite dans l’Eglise, le Christ et la Sainte Vierge viendront alors en personne nous révéler, en trois étapes successives, la nécessité de mettre au centre de notre vie moderne la dévotion à leurs Cœurs réunis.

Etape 1 - Paray-le-Monial : le dévotion au Sacré-CŒUR

En 1673-1674, quelques années avant la mort de son messager Saint Jean Eudes, le Christ apparaîtra à Paray-le-Monial (France) à Sainte Marguerite-Marie. Il fera la demande solennelle de la dévotion à son Sacré-Cœur. Il décrira de façon précise les actes et prières qu’Il attend de nous et y attachera des promesses magnifiques soulignant par là l’importance de ses demandes et la puissance de cette dévotion.

 

S’adressant aux fidèles, il leur demandera en particulier la Communion des premiers vendredis du mois et l’Heure Sainte du jeudi soir. Au Roi, représentant du pouvoir temporel, il demandera de consacrer sa famille et la France au Sacré-Cœur et de mettre sur les armes et le drapeau français son Sacré-Cœur. Mais ni Louis XIV ni ses successeurs ne suivront ces demandes et exactement cent ans plus tard, la révolution détruira la royauté en France et se répandra dans le reste du monde.

 

En revanche, le Pape Clément XIII, ayant compris l’importance des apparitions du Christ à Paray-le-Monial, instituera officiellement la fête du Sacré-Cœur le 6 février 1765.

Etape 2 - Rue du Bac : le CŒUR de Marie placé à côté du Sacré-Cœur

Le martyre du clergé et des catholiques français pendant la Révolution française et les années qui suivront – dont le massacre vendéen sera le point culminant – apportera à la France de nombreuses grâces. En 1830 la Sainte Vierge apparaîtra à Paris rue du Bac à Sainte Catherine Labouré lui annonçant qu’elle est médiatrice de toutes les grâces.

 

Elle lui demandera de faire graver une médaille au verso de laquelle son Cœur sera représenté à côté de celui de son fils Jésus, annonce subtile de la future dévotion à son Cœur Immaculé. Les apparitions de la rue du Bac sont ainsi le lien entre Paray-le-Monial et Fatima et ouvrent la dévotion au Cœur de Marie.

La première manifestation de cette dévotion eut lieu six ans plus tard. En 1936, la basilique Notre-Dame des Victoires à Paris était déserte et son curé, le père Desgenettes, en était désespéré. Le 3 décembre, premier samedi du mois, alors qu’il disait sa Messe, seul, il entendit plusieurs fois une voix intérieure lui disant : « Consacre ta paroisse au Cœur Immaculé de Marie ». Deux semaines plus tard, il obéit et les fidèles commencèrent à affluer. La confrérie du Saint-Cœur et Immaculé de Marie qu’il créa avait cinq ans plus tard deux millions de membres et Notre-Dame des Victoires était devenue la paroisse la plus fréquentée de Paris.

Après la rue du Bac, la Sainte Vierge intensifiera de façon spectaculaire son action directe. Elle reviendra à La Salette (1846), Lourdes (1858), Pontmain (1871) et Pellevoisin (1876). A Lourdes, ce sera le dogme de l’Immaculée Conception et à la Salette elle pleurera sur les âmes des pécheurs qui vont en enfer « comme les feuilles tombent en automne ». Ces deux thèmes sont au cœur de Fatima qui viendra couronner ce cycle unique d’apparitions mariales.

 

En parallèle, la dévotion au Sacré-Cœur continuera à se développer. Il sera célébré partout et de multiples églises lui seront consacrées. Les vitraux, les statues en l’honneur du Sacré-Cœur surgiront de toutes parts en France et dans le monde entier. La France établira dans sa capitale la plus grande Eglise du monde dédiée au Sacré-Cœur. Enfin le Pape Léon XIII consacra le genre humain au Sacré-Cœur en 1899.

Etape 3 - Fatima : la Dévotion au CŒUR Immaculé de Marie

En 1917, la situation du monde est épouvantable. La première guerre mondiale fait rage et la révolution bolchevique se profile en Russie.  La Sainte Vierge apparaîtra six fois le 13 de chaque mois, de mai à octobre, à Fatima (Portugal) à trois jeunes bergers, Lucie, Jacinthe et François. Elle leur annoncera :

 

« Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur Immaculé. »

 

Le Cardinal Cerejeira, ancien évêque de Fatima expliquera :

« Fatima, d’une certaine façon, est la continuation, ou mieux la conclusion de Paray-le-Monial : Fatima réunit ces deux Cœurs que Dieu luimême a unis dans l’œuvre divine de la Rédemption. »

Comme le Sacré-Cœur, et de façon étonnement symétrique, la Sainte Vierge décrira à son tour les actes et prières qu’elle attend de nous et y attachera des promesses magnifiques dont la paix dans le monde. Aux fidèles, elle demandera entre autres la Communion des premiers samedis du mois et au pouvoir spirituel, le Pape, elle demandera la consécration solennelle de la Russie à son Cœur Immaculé et la reconnaissance officielle des premiers samedis du mois.

 

Sœur Lucie, à qui la Sainte Vierge prophétisera qu’elle vivra longtemps pour développer cette dévotion, sera alors l’unique voyante du deuxième cycle des apparitions de Fatima entre 1925 et 1931. Le Christ et la Sainte Vierge lui apparaîtront régulièrement pour l’aider dans sa mission.

A ce jour, les demandes de la Sainte Vierge n’ont toujours pas été suivies suffisamment par les fidèles ni par les papes.