Est-il possible que ce soit si simple que cela de sauver le monde ?

Certains d’entre nous auront peut-être du mal à croire qu’une obéissance précise aux demandes si simples du Christ et de la Sainte Vierge sauvera le monde. C’est parfaitement compréhensible car notre société moderne a oublié Dieu et est totalement egocentrée sur la religion de l’Homme. L’Homme fait tout , est au centre de tout, gère tout, maîtrise tout. Et la situation du monde étant complexe il est forcément complexe de réussir à sauver le monde. Le monde ne peut être sauvé que par l’Homme…

C’est oublier l’enseignement de Dieu. Dès la Genèse il a demandé un acte d’obéissance incroyablement simple  pour permettre aux hommes d’aller au Ciel : ne pas manger du fruit de l’arbre. Acte d’une facilité incroyable et tellement insignifiant par rapport à la splendeur de tout le reste de la création. Absurde la demande simple de Dieu ? Dans l’Evangile pourtant on observe le même chose.

Le Christ pour changer l’eau en vin, demande juste de verser de l’eau dans les jarres. Absurde ?

 

Pour faire la multiplication des pains, il demande juste qu’on lui apporte quelques pains et deux poissons d’un jeune garçon pour nourrir 5000 personnes. Absurde ?

 

Pour ressusciter Lazard il demande juste qu’on ôte la pierre. Absurde ?

 

Et bien non justement rien de tout cela n’est absurde. Pour intervenir et faire un miracle, Dieu nous demande toujours un acte simple de foi, d’obéissance et d’humilité avant de décider d’agir.

 

Ce qui est absurde c’est l’orgueil de l’homme qui juge les moyens que Dieu envoie…

De nos jours il en va de même. Dieu nous demande juste la dévotion au Sacré Cœur et au Cœur Immaculé de Marie avec des actes là aussi très simples : le1er vendredi du mois, son cœur sur les armes et les étendards de la France, le 1er samedi du mois et la consécration de la Russie. Pourquoi aussi peu de choses ?

Rappelons-nous que Dieu est notre « Père ». Il n’a qu’un but pour nous : notre bonheur éternel. Plein d’amour et de miséricorde il est toujours prêt à nous aider, lent à la colère, prompt à la miséricorde. Aussi tout ce qui facilitera les choses pour nous permettre d’aller au Ciel, il le fera. Et donc il demande des choses ultra simples à notre portée car en bon Père aimant, il veut rendre notre oui le plus facile possible pour être presque sûr qu’on le fera. Mais en revanche il a absolument besoin de l’exercice de notre liberté, de notre « oui » aussi petit soit il.

Les difficultés des temps modernes ont été annoncées depuis longtemps par de nombreuses prophéties. Dieu, sachant que dans cette période l’homme influencé par Satan irait à sa perte sans un nouveau moyen exceptionnel, a envoyé le Christ et la Sainte Vierge nous apporter précisément ce moyen qu’il réservait pour ces temps d’apostasie générale. Comme dans la Genèse et l’Evangile, ce moyen est à notre portée : quelques heures en début de mois consacrées aux Cœurs de Jésus et Marie !

 

Et nous ne le faisons pas ! C’est d’ailleurs un comble d’entendre si souvent cet argument : « c’est trop facile donc je ne le fais pas, ou je n’y crois pas ». On préfère faire plein d’autres choses, d’autres prières, d’autres actions. On croit en nos propres méthodes et on méprise celles du Christ et de la Sainte Vierge. En cela nous suivons le même chemin qu’Adam et Eve…

 

Qui sommes-nous pour juger les décisions de Dieu ? Qui sommes-nous pour dire que cela est ringard et dépassé ? Qui sommes-nous pour décider de ce qu’il faut faire pour sauver le Monde ?

 

Quid ut Deus ? (qui est comme Dieu ?) disait Saint Michel

 

Alors cessons de décevoir Dieu. Cessons de nous disperser à vouloir agir à notre sauce de façon compliquée pour sauver la France et le Monde. Concentrons nos efforts sur ce moyen si simple qui nous a été donné : la dévotion aux Coeurs de Jésus et Marie. Obéissons avec amour et humilité. Le Ciel se chargera alors du reste.